25 améliorations

25 améliorations

Ici, nous allons lister les éléments que l’on reproche le plus aux formations et tutoriels trouvés sur le web.

 

Avant de commencer, précisons que nous n’avons pas forcément une réponse à chacun de ces problèmes, mais  il nous semble important d’être vigilants à ce sujet et de continuer à chercher des solutions. Voici ce qui revient le plus souvent:

  1. L’absence d’un plan et d’une durée “approximative” (incluant le travail personnel). Et on ne peut même pas juger sur la durée car certains sont courts, concis, et d’autres trainent en longueur et on perd son temps.
  2. L’absence d’un résultat final clairement établi. Vendre “des connaissances” plus qu’un Résultat.
  3. Appeler “formation” tout et n’importe quoi ! On mélange tuto, monologue d’une heure trente avec de véritables formations qui peuvent prendre des semaines de travail.
  4. Toutes ces formations où tu survoles tout sans aller en profondeur… une impression d’avoir appris 2 ou 3 trucs, mais c’est tout. De laisser croire qu’on aura une maîtrise d’un domaine alors qu’on ne fait que survoler et picorer.
  5. Les erreurs, les approximations, les retour en arrière…
  6. Surfer sur de l’actu et de déverser ce qu’on vient à peine d’assimiler sur le web… En gros : l’absence de compétence réelle, de créativité – juste le plagiat et la traduction.
  7. Ne pas offrir d’autonomie aux autres, de méthode pour évoluer, pour aller au delà – un manque de méthodologie dans l’enseignement. Des formateurs experts (au mieux), mais pas enseignants.
  8. Une formation qui se focalise sur l’information, de la structurer, au lieu de répondre à un problème, un besoin… de ne pas être assez en mode « recette ».
  9. Une information rapidement obsolète, sans la mettre à jour, en continuant à vendre alors que ça ne fonctionne plus – mais ça ce n’est pas facile dans le High Tech car ça évolue très vite.
  10. Pas de SAV réel: ne pas répondre aux demandes des clients qui sont coincés…
  11. Montrer un truc qui fonctionne, mais sans expliquer pourquoi, ni comment. Ou alors, on assiste à une explication interminable, trop théorique, sans être certain à la fin d’avoir une réponse.
  12. Des examens “prétextes” : des QCM qui ne servent à rien, sauf à vérifier qu’on a bien capté le dernier détail insignifiant, alors qu’on est peut-être passé à coté de la vue d’ensemble, des notions réellement importantes.
  13. Ne pas mettre les gens en relation pour qu’il puisse y avoir un échange de compétences à terme. De ne pas faire travailler en binôme ou en groupe.
  14. Mettre tout le paquet dans la vente, la présentation … et qu’au final, on a un produit léger et sans saveur.
  15. Pas vraiment de relation MAÎTRE/ÉLÈVE. Pas de “scalabilité” de la formation.
  16. Ne pas satisfaire la curiosité avant de passer aux explications
  17. L’absence de suivi dans le temps : sauf pour vendre de nouvelles choses… mais il n’y a pas de liant au-delà de la période de la formation ou des ateliers. Ne pas proposer de bonus ultérieur de type « Ceux qui ont suivi cette formation, un atelier gratuit pour vous plus tard ».
  18. Des formations/livres qui ne s’adaptent pas au niveau des gens : certains perdent du temps, alors que d’autres sont vites perdus.
  19. Manque de profondeur : on est séduit, mais quand on veut appliquer sur un cas pratique, on se rend compte qu’il manque un tas de choses en réalité.
  20. Quand la difficulté passe de “trop simple” à “diabolique” d’un coup… Et qu’on est en échec.
  21. Rigidité de la solution: des modèles proposés qui sont trop “personnels” – c’est la méthode de l’auteur, qui répond à un problème qu’il a rencontré, mais qui ne s’adapte pas assez aux élèves.
  22. Une complexité inutile: small is beautiful. Préférer la simplicité, tout du moins dans un premier temps.
  23. L’absence d’objectifs clairs à chaque étape
  24. Un manque de sous-étapes permettant à l’élève de contrôler si une erreur ne s’est pas glissée dans son travail lorsqu’il reproduit un exemple. De fait, ce n’est qu’à la fin qu’on s’en rend compte et là il faut tout retracer en sens inverse !
  25. La verticalité des supports: Les élèves ne participent pas à l’évolution ou au construit de la formation, ou peu. Et c’est dommage, car on perd une grande richesse.
Print Friendly, PDF & Email
Editions Graziel
Editions Graziel